Produits
Produits
ESDEC FÊTE SON 20E ANNIVERSAIRE !
Dans les mois à venir, nous y prêterons attention de diverses manières.
Vous souhaitez en savoir plus sur nos systèmes de montage ?
Suivez désormais les formations produits en ligne et 24/7 grâce à la Esdec Academy.
Fermer le menu
MyEsdec
Home Michael Dijkslag à propos des 20 ans de l’Esdec

Michael Dijkslag à propos des 20 ans de l'Esdec

"Je suis vraiment fier de participer au succès d'Esdec"

L’aventure d’Esdec a commencé il y a 20 ans dans un hangar d’une petite commune de l’est des Pays-Bas. Des chevalets d’artistes servaient de toits de démonstration et les installations étaient réalisées par les frères Jeroen et Vincent de Vogel et Theo Smit lui-même. Michael Dijkslag (né en 1989) connaît ces histoires, mais n’en faisait pas encore partie. Il a commencé à travailler le 1er août 2009, en tant que cinquième employé, mais en 2024, ce natif de Deventer sera officiellement le plus ancien employé de l’entreprise. « On m’appelle parfois Dikipedia pour rire, car je connais l’entreprise de fond en comble.

1er contact avec Esdec

Si cela ne tient qu’à lui, Michael Dijkslag veut au moins se rendre à son anniversaire, à condition que suffisamment d’occasions se présentent pour en tirer profit. « Je ne pensais pas à ce genre de choses lorsque j’ai commencé à travailler dans l’entrepôt. Je n’avais pas non plus la moindre idée de ce que faisaient les panneaux solaires, ni du potentiel de l’entreprise. Pour moi, c’était très simple : Je cherchais un autre emploi et mon ancien employeur m’a présenté à Esdec. Ce n’était même pas un véritable entretien d’embauche, nous avons fait connaissance et ils m’ont expliqué le poste. En rentrant chez moi, ils m’avaient déjà appelé pour me dire que j’avais été embauché ».

Un travail personnalisé et innovant

C’était à l’époque où Esdec fournissait des packages complets, non seulement des systèmes de montage mais aussi des panneaux solaires, des onduleurs et du câblage. « Il m’incombait de rassembler ces paquets et de les expédier directement au client. Dans l’entrepôt, nous fabriquions nous-mêmes tout sur mesure et un bureau séparé servait de salle d’essai. La personnalisation et les innovations étaient déjà très importantes à l’époque, mais il s’agissait aussi parfois d’improvisation. Sans aucune formation, j’ai réalisé une installation sur le toit d’une maison située dans la région, six semaines seulement après avoir commencé. En repensant à cette période, je pense que les bases ont été posées pour ce que je ressens encore en partie comme le caractère d’Esdec : le faire tout simplement « .

De nouvelles opportunités

Avec la croissance massive qu’a connue l’entreprise, en particulier ces dernières années, ce caractère n’est plus tout à fait ce qu’il était. « Cela s’est déjà fait sentir lorsque nous avons décidé de vendre par l’intermédiaire de partenaires de distribution au lieu de le faire directement au client. En effet, Rick Kappert et moi-même avons dû relever un défi de plus en plus grand pour fabriquer chaque fois le bon nombre d’emballages. Nous l’avons fait avec un plaisir non démenti, mais à la fin, il était impossible de tenir le rythme parce que le nombre de commandes ne cessait d’augmenter. La décision de vendre par l’intermédiaire de partenaires de distribution a finalement eu un impact considérable sur la croissance de l’entreprise. Cela m’a ouvert de nouvelles opportunités ; ces 12 premières années sont passées très vite. »

Un environnement de travail professionnel

En 2015, Stijn Vos a repris les rênes de l’entreprise, ce qui a entraîné une évolution rapide d’Esdec. « C’est à ce moment-là que mes yeux se sont ouverts et qu’une sorte de retour à la réalité s’est produit. Alors que je me réjouissais de tout, j’ai soudain dû faire face à un environnement de travail professionnel dans lequel il se passait aussi des choses moins agréables. Je l’ai vu autour de moi, mais je l’ai aussi vécu personnellement. Cela m’a également fait réfléchir à mon avenir. Travailler pour une entreprise internationale n’était pas mon ambition, mais j’ai aussi remarqué que je ne voulais pas partir. Cela est dû en partie à Stijn, qui ne s’est pas seulement concentré sur le développement d’Esdec, mais qui a également gardé les yeux ouverts sur les employés. L’atmosphère a changé, mais j’ai retrouvé ma joie de vivre ».

Une mentalité terre-à-terre

Entre-temps, en 2022, Harm Haarlink est devenu directeur général d’Esdec Europe et Stijn Vos est le PDG de la société mère Enstall, qui opère également aux États-Unis. La croissance d’Esdec a donc repris. « Je suis vraiment fier d’avoir participé et de participer encore à ce succès. Surtout ces dernières années, je réalise de plus en plus à quel point ce que j’ai construit ici est remarquable. Bien sûr, beaucoup de choses ont changé en 20 ans et, de ce fait, j’ai aussi beaucoup appris sur moi-même. Je pense toujours que la meilleure partie de mon histoire est que je n’ai jamais obtenu de diplôme officiel pour le travail que je fais aujourd’hui. En ayant une mentalité terre-à-terre et en restant toujours fidèle à soi-même, vous irez loin. »

20 ans d’Esdec

Dans la série d’interviews, nous nous intéressons à l’anniversaire de différentes manières. Le coup d’envoi a été donné par Harm Haarlink, directeur général d’Esdec depuis 2022, qui ne connaît donc pas grand-chose de l’histoire. Il se demande comment Michael a vécu l’énorme croissance de ces dernières années. « Il se demande comment Michael a vécu l’énorme croissance de ces dernières années. Cela n’a pas toujours été facile, mais je l’ai toujours suivi avec beaucoup d’intérêt, sans trop intervenir. Bien sûr, j’ai dû m’habituer aux changements, mais grâce à ce que je suis, je peux facilement y faire face. Par nature, je suis assez conciliant, mais toujours avec ma vision. Ainsi, les choix que j’ai faits, je les ai faits à partir de ma position ».

Le candidat suivant est Niels Lubbers, Product Owner du Esdec Calculator. Cet outil en ligne est aujourd’hui incontournable dans le travail du professionnel de l’énergie solaire et est encore et toujours en cours de développement pour être optimisé. Mais ce que Michael aimerait savoir, c’est : comment faisions-nous avant ?

En savoir plus sur les 20 ans de l’Esdec